2ème édition béninoise du Global management challenge : Pour la performance des entreprises !
Olusegun
Vidjannagni
12 Jun 2019

La 2ème édition béninoise du Global management challenge a été lancée le vendredi 7 juin à l’amphi Houdégbé de l’Université d’Abomey-Calavi par le député Epiphane Honfo et Olusegun Charles Vidjannagni, directeur exécutif de l’Ong FORAM Initiatives (structure organisatrice) & Country Manager du GMC. Occasion pour ce dernier de décliner l’objectif et surtout l’importance de cet outil pour les entreprises.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

La 2ème édition du Global management challenge (Gmc), 39ème au plan mondial, a pris son envol. 54 équipes composées d'étudiants, de jeunes diplômés, des startupers et des entrepreneurs sont en lice pour deux semaines de compétition de simulation d’entreprise et de stratégie managériale. « Le Global management challenge est un outil innovant en adéquation avec l'évolution  du monde des entreprises ; il permet aux entreprises d’être performantes », a déclaré le plus jeune député de la 8ème législature, Epiphane Honfo qui a lancé officiellement les hostilités, sa toute première sortie après l’installation des Députés de la nouvelle législature. C’est l’importance de cet outil qui l’a motivé à soutenir à « 100% » les équipes participantes. Il a notamment appuyé la participation de 20 d’entre elles.

Au fond, qu’est-ce que le Global management challenge ? Et quelle est son importance ? Olusegun Charles Vidjannagni, directeur exécutif de l’Ong Foram initiatives y a répondu. « Le Gmc est le plus grand tournoi mondial de simulation de gestion d’entreprise et de stratégie managériale. Le concept est basé sur une entreprise virtuelle qui est en faillite, qui fabrique et commercialise trois produits de grande consommation sur le marché africain, international et l’e-commerce. Pour participer il faut former une équipe de trois personnes qui constituent dès lors l’équipe de managers qui va prendre les commandes de cette entreprise. Il leur revient de diagnostiquer l’entreprise virtuelle, établir une stratégie chiffrée sur la base des 5 derniers trimestres de l’entreprise, et développer leurs compétences opérationnelles dans les secteurs clés de l’entreprise ; étudier l’entreprise sur le plan financier, ressources humaines et production entre autres ; prendre connaissance de l’entreprise et insérer les décisions dans le simulateur qui va générer les rapports de gestion qui présentent le nouvel environnement concurrentiel », a-t-il clarifié. « A chaque étape de ce challenge, des équipes sont éliminées progressivement jusqu’à ce qu’on parvienne à la phase finale où le simulateur déclare huit équipes finalistes. Ces dernières vont compétir lors de la finale nationale et seule l’équipe championne ira représenter le Bénin à la prochaine finale internationale », a-t-il ajouté. Le GMC est un outil très important dans la vie des entreprises, a-t-il soutenu. « Il y a, dit-il, plus de 3000 multinationales qui depuis des décennies font participer leurs équipes afin de renforcer leurs capacités et leurs habiletés commerciales à travers le Global management challenge. La capacité de cet outil à renforcer les membres d’une entreprise pour que celle-ci soit performante ne sont plus à démontrer. Les entreprises comme Coca-Cola, Renault, Allianz, Microsoft, etc. font participer leurs équipes. Ce n’est pas pour rien qu’elles sont toujours performantes sur le marché », a-t-il illustré. La récompense en participant au GMC, c’est le mérite de gagner et d’aller rivaliser avec d’autres équipes sur le plan international, a-t-il indiqué. « Il y a un ancien gagnant qui a été directement recruté par une banque de la place en tant que contrôleur de gestion. Quelques années plus tard, il est recruté à Ecobank en qualité de Performance Management Officer», a rapporté Olusegun Charles Vidjannagni à titre illustratif.

Soulignons que la dernière édition du GMC Bénin a été organisée depuis environ 10 ans par une organisation ivoirienne. L’ong Foram initiatives a donc repris contact directement avec les initiateurs et a signé la convention, a confié Olusegun Charles Vidjannagni. « Pour être organisateur dans un pays il faut payer 20 000 euros chaque année comme licence d’exploitation ».

La prochaine finale internationale est prévue du 3 au 7 juillet 2019 à Ekaterinburg, en Russie.

Olusegun Vidjannagni

Acting Managing Director | GEN Benin

Olusegun has over ten years of experiences working with orphan and vulnerable children, teen-agers, young women and men  in rural communities in… More